Union Départementale FORCE OUVRIERE de SEINE MARITIME

07 janvier 2010

En construction

logo_fo_01

en contruction... A bientôt

Posté par udfo76 à 14:08

Coordonnées UD FO 76

UD FO 76 SEINE-MARITIME

Secrétaire général :
Gérard THERIN
 

Immeuble Jules Ferry
rue Enseigne Renaud
76000 Rouen

Téléphone : 02 35 70 26 40

Fax : 02 35 70 86 65

E-mail :  udfo76@force-ouvriere.fr

Posté par udfo76 à 14:07

FO HEBDO

DERNIER NUMERO FO HEBDO

               FO Hebdo

                        n°2923- mercredi 6 janvier 2010- 1,30 euros

           Pouvoir d’achat

      DES AUGMENTATIONS DE SALAIRES

À L’ARRACHÉ

Posté par udfo76 à 14:06 -

ADHÉREZ À FORCE OUVRIÈRE

ADHÉREZ À FORCE OUVRIÈRE

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut… toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé, et il faut s’organiser, parce que c’est unis que l’on peut se faire entendre et respecter.
Votre avenir, celui de vos enfants, sont liés aux droits collectifs et individuels ainsi qu’au respect des droits sociaux qui sont les fondements effectifs des valeurs républicaines :
le Code du travail, la Sécurité sociale, l’Enseignement et les Services publics.
Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité,
prenez votre avenir en main !
Avec ses Unions départementales et ses Fédérations nationales, Force ouvrière est partout à vos côtés.

FO : des femmes et des hommes libres dans un syndicat libre. 010507

Bienvenue à Force ouvrière.

Amicalement. 

Jean-Claude MAILLY Secrétaire général

Posté par udfo76 à 14:04 -
06 janvier 2010

Éditorial de Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de Force Ouvrière

POUR UNE ANNÉE SOURCE DE SUCCÈS POUR LES TRAVAILLEURS

Lors de ses vœux aux Français, le président de la République a souligné que, grâce à son modèle social, la France a mieux résisté que d’autres pendant la crise. Ce qui est vrai. Et pourtant, comme il fut décrié ce «modèle», avant la crise, sous prétexte qu’il coûtait cher, qu’il plombait la compétitivité, qu’il ne correspondait pas à la modernité, modèle anglo-saxon oblige.

Qui plus est, depuis quelque temps, alors que l’activité économique semble mollement se redresser – ce qui n’a rien à voir avec une sortie de crise – on voit poindre de nouveau les critiques et les politiques visant à remettre en cause ce modèle social. En témoignent le renforcement de la RGPP, la Révision générale des politiques publiques, destructrice de services publics, et l’annonce d’une réforme des retraites.

En quelque sorte, le modèle social français ne serait utile qu’en temps de crise, pas avant ni après!

Or de quoi s’agit-il? Tout simplement de ce qu’on appelle la République sociale. Ce qui passe en particulier par l’existence de services publics et de régimes de protection sociale collective.

Ce qui passe aussi par une articulation des niveaux de négociation avec le respect du principe de faveur, ce qu’ont compromis la position commune et la loi du 20 août 2008 qui l’a reprise.

Celles et ceux qui auront écouté les vœux du président de la République auront relevé que le mot «salaire» était absent, tout comme la réduction des inégalités qui passe notamment par une grande réforme fiscale.

Les conflits entre capitalisme libéral et république sociale sont donc loin d’être terminés et, visiblement, les leçons de la crise n’ont pas été tirées par tout le monde.

Ah! j’allais oublier, le président de la République a salué la responsabilité des partenaires sociaux pendant la crise. Peut-être songeait-il à ces opposants raisonnables décrits par M. Fillon, ministre du Travail, en 2003.

On ne se sent donc pas concernés, on agit en fonction de nos positions et convictions, en tenant compte du contexte. À ce titre, nous revendiquons la responsabilité, car être responsable pour un syndicaliste ce n’est pas se soumettre, c’est défendre son mandat, déposer les revendications, défendre les droits collectifs et individuels des salariés, négocier et agir si nécessaire. Un même mot recouvre donc des appréciations différentes.

Alors bonne année 2010 à toutes et tous! Qu’elle soit solidaire, revendicative et source de succès pour les travailleurs!

http://www.force-ouvriere.fr/

Posté par udfo76 à 12:22